Le drapeau tricolore russe devra obligatoirement être affiché sur les bâtiments de toutes les institutions éducatives du pays, quelle que soit leur forme de propriété. Et les jours de fête on devra aussi exécuter l'hymne national russe dans toutes les écoles et collèges, ainsi que dans les institutions étatiques et municipales. Le projet de loi favorisant "l'éducation au patriotisme", a été transmis hier par le Président à la Douma d'Etat. Les députés de la Douma sont prêts à approuver le projet et l'opposition veut même étendre les possibilités d'utilisation par les russes des symboles de l'Etat.

La loi actuelle "Sur le drapeau de la Fédération de Russie" (article 3) , prescrit aujourd'hui que les jours fériés les drapeaux tricolores soient "affichés sur les bâtiments des associations, entreprises, institutions et organisations, indépendamment de la forme depropriété, ainsi que sur les immeubles d'habitation." Et sur les bâtiments de tous les organes du pouvoir d'Etat et des collectivités locales 
les drapeaux doivent être déployés de façon permanente (article 4). Vladimir POUTINE a déclaré que "sur les bâtiments des établissements d'enseignement, indépendamment de leur forme de propriété" le drapeau doit également être déployé en permanence. Et si dans l'école ou l'établissement se déroulle "évènements sportifs de masse ou des activités sportives-récréatives", dans ce cas-là le drapeau devra aussi être déployé.

Les innovations touchent aussi un autre symbole de l'Etat : l'hymne national. Il est proposé de rendre 
l'hymneobligatoire dans les écoles, les collèges et les performances, non seulement le 1er Septembre (jour de la rentrée des classes, appelé en Russie "jour de la connaissance"), mais aussi aux "célébrations dédiées aux fêtes nationales et municipales"En outre, Vladimir POUTINE estime que l'hymne doit nécessairement être entendu"lors de l'inauguration des monuments et des mémoriaux". Mais aussi, lors de "l'ouverture et la fermeture des réunions officielles consacrées aux fêtes nationales et municipales".  La loi actuelle "Sur l'hymne national" dans son article 4 laisse l'interprétation de l'hymne à la discrétion de ceux qui inaugurent un monument ou organisent une rencontre officielle. Le président a décidé de maintenir la diffusion aléatoire dans lesquelles l'hymne "peut être exécuté" pour d'autres occasions festives, qui peuvent se produire dans les organes du pouvoir d'Etat et des colllectivités locales, ainsi que celle dans toutes les "organisations étatiques ou non-étatiques".

Tout cela "va faire revenir à nos citoyens lors de l'écoute l'hymne et du déploiement du drapeau national, non seulement à ces symboles, mais aussi aux sentiments patriotiques" 
a déclaré hier Vladimir POUTINE, en parlant devant les enseignants des disciplines de droit constitutionnel, qu'il a invité à une réunion pour le 20anniversaire de la Constitution