• une clarification est nécessaire

    Entre le FN et l’islam, une clarification est nécessaire

    le_pen_fn_islam_algerie_affiche_inside
    Le 2 novembre 2014
    Le fait de ménager un islam qui va à la France comme une selle irait à une vache, semble de nature à contrarier les militants.

    Depuis quelques jours, le FN de Seine-Saint-Denis est confronté à une situation folle. Par un phénomène de contagion, c’est d’ailleurs tout le FN qui est secoué, à quelques semaines du congrès de Lyon.

    En effet, un des rares élus locaux de cette formation dans ce département s’est récemment converti à l’islam. Quoi qu’il en dise, il fait du prosélytisme auprès de ses amis politiques. Il s’est même rendu au « Grand Journal » de Canal+, en dépit de l’interdiction des instances du parti, pour y développer son discours confus.

    Dans un premier temps, cela n’avait fait ni une ni deux. Il avait été suspendu par le responsable fédéral, en attendant une probable exclusion. Puis, changement de cap : la direction du parti s’est décidée à le réintégrer. Ce faisant, elle a désavoué les instances locales du parti qui avaient tranché provisoirement. Depuis, la situation n’est peut-être pas vraiment visible de l’extérieur mais, à l’intérieur du parti, elle produit une effervescence certaine.

    Récemment, il y avait déjà eu les directives de Steeve Briois interdisant aux membres du FN de manifester contre la construction d’une mosquée à Quimper. Il y a eu les prétendues hésitations du maire FN de Fréjus à arrêter la construction de la mosquée décidée par l’ancienne municipalité UMP. Il y a eu enfin les paroles prononcées par Florian Philippot ou Marine Le Pen elle-même, qui sont de nature à semer le trouble dans les esprits.

    La question qui se pose est de savoir quel est l’intérêt pour le FN de cette nouvelle prise de position ? Le fait de ménager un islam qui va à la France comme une selle irait à une vache, semble de nature à contrarier les militants et, à terme, les électeurs. Elle brouille son message et risque de perturber sa perception par l’électorat, juste au moment où il se laisse convaincre fortement par le FN.

    Il peut y avoir la volonté d’accélérer la dédiabolisation. Or, c’est un mirage. Le FN est hors les murs de la bien-pensance. Il aura beau faire, il ne sera jamais admis par une classe politique, par ailleurs en état de mort clinique. Alors, quel est l’intérêt de quémander l’adoubement d’un quasi-défunt ?

    Il peut aussi y avoir la volonté de séduire un électorat musulman qui a acquis une puissance de feu considérable. Là encore, c’est peine perdue. Jamais cet électorat ne se laissera tenter par l’adhésion au FN. Au contraire, c’est l’électorat traditionnel du FN qui peut se décourager, constatant que le syndrome Sarkozy des promesses reniées atteint aussi le FN.

    Il y a une différence, toutefois, c’est que la question se pose bien avant les élections et même avant le congrès de Lyon. Celui-ci est une chance fantastique pour Marine Le Pen de préciser les fondamentaux du FN et de ne pas se laisser séduire par les sirènes d’une hypothétique ouverture à l’islam.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :