• Tous dans la Rue le 26 janvier

    Le 26 janvier, disons non à notre liquidation programmée !

    liberte
    Le 17 décembre 2013
    Tous, massivement, nous irons dire notre colère le 26 janvier 2014.

    Sans nous ! Il faut dire le mot, nous faisons sécession. Nous sommes devenus minoritaires chez nous et certains veulent notre disparition comme peuple et nation. Nous ne voulons pas de notre dissolution dans le cuit-tout multiculturel et la potée fourre-tout du métissage niveleur.

    Tout le prouve, des signes d’expiation et de haine de soi d’un pays, et de ses élites au premier chef, avec ses obsessions mémorielles et ses lois du même nom, de l’éloge des nouvelles icônes qui se doivent de ne pas nous ressembler aux listes des personnalités préférées des Français toutes issues de la diversité, de l’élection des Miss France obligatoirement métissées et enfin de ces rapports scélérats sur la « France d’après », après la République unitaire, après le modèle français d’assimilation.

    Nous serions privés d’un pays que nos parents et les parents de nos parents ont mis quinze siècles à construire, et en deux générations ce pays, la France, est menacé de disparition sous les coups de masse des fossoyeurs qui veulent nous faire passer aux poubelles de l’histoire.

    Nous ne serons pas les derniers des Mohicans ! Non à la disparition de la République unitaire ! Ces cinq rapports prônant le passage au modèle multiculturel, défendant la dés-intégration de nos valeurs, de notre langue, de notre histoire, est un aboutissement. Les membres de ces commissions représentent tout ce que le socialisme a enfanté d’apparatchiks de parti et d’universitaires abrutis. Il faut les prendre au sérieux. J’ai consacré mes cinq derniers articles publiés sur Boulevard Voltaire au processus ayant vu les socialistes vendre la France aux communautaristes depuis trente années, sans penser que je serais aussi bien servi par l’actualité.

    Nous sommes des Français au carré qui ne veulent pas mourir, qui ne se reconnaissent plus dans la voie suicidaire prise par ce pays, et dans des élites qui l’ont trahi, et nous sommes aussi des immigrants de toutes origines, sans distinction de race ou de religion, parfaitement intégrés à cette nation, infiniment redevables pour l’accueil qui leur a été réservé.

    Nous en appelons à la résistance passive, comme une obligation sacrée inscrite à l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme de 1793 : « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

    Il n’est plus temps de tergiverser, de gloser sans résultats. Il appartient à chacun de résister, dans la rue, au travail, par la veille-debout, avec les slogans qu’on voudra – de Hollande démission à Halte à la dictature socialiste – et les signes de reconnaissance, des bonnets aux couleurs que vous voudrez aux logos de la Manif pour tous, et même jusqu’à la quenelle. La coagulation que craint Hollande viendra d’elle-même.

    Tous, massivement, nous irons dire notre colère le 26 janvier 2014. La chaîne humaine que nous formerons à travers la France sera le symbole de notre capacité à dire NON, comme Renaud Camus nous y a invité, à notre liquidation programmée.

    Tous à Paris pour manifester le 26 janvier 2014 !

    Publié le 13 Décembre 2013 par Debout les Patriotes in REVOLUTION

    26 janvier 2014 : toute la France en colère sera dans la rue, pour manifester son rejet d’un régime à bout de souffle qui étouffe notre pays, méprise nos libertés et ruine nos familles.

    Toute ? Une poignée d’irréductibles Gaulois s’enfermera dans le mépris hautain que ces cris vulgaires lui inspirent.

    Pour que cette journée soit véritablement un point de rupture, aucune association ne doit manquer à l’appel. Et surtout pas celle qui a initié le plus formidable mouvement de résistance de la décennie : la Manif pour tous.

    Les raisons d’hésiter ne manqueront pas. À commencer par la crainte de la récupération politique : qu’on se rassure, ce n’est pas l’UMP qui soutiendra un tel mouvement. Non seulement ils sont trop occupés à se tirer dans les pattes, mais encore ils n’ont aucune envie de mettre à bas un système dont ils espèrent qu’il durera au moins aussi longtemps qu’eux. Et LMPT a tout à gagner à se détacher de l’influence de ce parti renégat qui a lourdement pollué les dernières manifestations du printemps.

    Les gens raisonnables objecteront aussi que mêler leur voix à celle des paysans brûleurs de radars n’est pas très convenable, et risque en outre de déconsidérer le mouvement. Ils verront d’un mauvais œil la présence possible de députés infréquentables, de gauche comme de droite ; et puis, s’il faut vraiment s’encanailler, autant le faire entre nous…

    En réalité, nous avons tout intérêt à nous joindre à ce mouvement pour en faire une gigantesque manifestation nationale. Par courage, par tactique, par stratégie.

    Par courage de dire non, sans craindre la couleur politique du voisin, et de voir la réalité d’une dictature molle que 85 % des Français rejettent. Dans l’union, comme à Quimper.

    Par tactique : nous avons perdu une bataille, parce qu’à un moment précis, le 24 mars 2013, LMPT a accepté les conditions posées par le pouvoir. C’est ce jour-là que tout s’est joué. Il est temps de nous rattraper, d’autant plus facilement que d’autres ne se priveront pas, cette fois-ci, de faire à notre place le boulot de transgression que nous avons refusé l’an dernier.

    Enfin par stratégie : le bouillonnement du printemps 2013 a permis une prise de conscience, y compris chez les bien-pensants. La loi Taubira n’est que l’avatar d’un système dont l’objet essentiel est la satisfaction des désirs individuels, qui mène à l’atomisation de la société. Un système qui fait de la personne un simple individu, un consommateur, un bon élève de la sous-pensée marketing. Et il n’est pas possible de se battre contre le mariage homo, la PMA, la GPA et tout ce qui s’ensuit sans remettre en cause les fondements mêmes de ce système. Les dirigeants de LMPT l’ont compris.

    Madame de La Rochère, vos troupes piaffent ! Vous pouvez mobiliser à Paris un million de personnes en colère. Cortège à part ou unitaire, le reste est question d’organisation et de communication, ni trop tôt, ni trop tard. Mais, quelle que soit la manière de participer, le 26 janvier 2014, c’est quitte ou double !



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :