• Toujours la théorie du genre

    Une loi pour interdire aux garçons d’uriner debout (vidéo)

    Une loi pour interdire aux garçons d’uriner debout (vidéo)

    Un vent de folie souffle sur l'Europe 

    Rédigé par lesoufflet 

    Dans leur course absurde pour l’égalité des genres (les idéologues peuvent écrire ce qu’ils veulent, un homme et une femme seront toujours différents, et c’est tant mieux !), les progressistes suédois prévoient de mettre en place une loi pour interdire aux garçons d’uriner debout. L’état qui se mêle de la vie privée des gens, ça vous rappelle quelque chose ? La confusion mortifère entre égalité et indifférenciation, ça vous rappelle quelque chose ? 

    Ce n’est malheureusement pas une blague : dans la lignée du féminisme, de la théorie du genre et de l’idéologie d’indifférenciation du mariage pour tous, les progressistes suédois ont rédigé une loi visant à interdire aux enfants mâles d’uriner debout. Une vidéo raconte cette folie douce, qui s’empare peu à peu (depuis un certains 6 mai) de notre pays.

    Si l’on part du principe qu’il faut absolument gommer toutes les différences entre les hommes et les femmes, au nom de l’égalité, il semble logique de punir les garçons qui oseraient pisser debout. Quel déni d’égalité et quel manque de respect envers les femmes qui doivent se contenter d’uriner assises (à l’exception de certaines très agiles) ! Pourquoi les hommes pourraient-ils uriner debout et pas les femmes ? Quiconque répond que c’est parce que les hommes sont équipés d’un pénis qui leur permet ce tour de force, est au mieux un sale misogyne, au pire un nazi.

    De la même manière, Najat Belkacem et Christiane Taubira envisagent-elles sans doute d’interdire aux maçons de porter des sacs de ciment trop lourds, sous prétexte que les femmes ne pourraient pas lever de tels poids. Mieux, au nom du principe d’égalité et de tolérance, les Français devront (sous peine d’être envoyés dans des camps de la mort de la tolérance) tous se déplacer avec des chaises roulantes et il leur sera interdit de marcher, afin d’éviter qu’un employeur ne privilégie un valide sur un handicapé, ou qu’un enfant se moque de la différence de son camarade à l’école… Le meilleur des mondes, c’est maintenant !

    Comme Simone Veil avec l’IVG, le reportage présente une ancienne féministe des années 70 qui est atterrée par l’évolution des choses et qui comprend que son combat n’aura pas réellement mené au progrès, mais plutôt à une forme d’idéologie totalitaire de l’indifférenciation, où un pouvoir politique impose aux êtres humains d’être semblables en tous points.

    Le féminisme dénaturé, le mariage pour tous et le pipi assis, c’est maintenant

    Théorie du genre : 4 journalistes et 2 députés confirment les intentions cachées des socialistes (vidéos)(maj 3)

    Le professeur Bernard Debré – Ancien Ministre – Député de Paris

    Cette théorie fait couler beaucoup d’encre. Il s’agit d’une théorie initiée dans les années 70 par les féministes et qui nie les différences sexuelles de nature anatomique, biologique ou physiologique et prétend que le sexe n’est que social.

    Cette théorie est en vogue dans les milieux gauchistes intellectuels et va jusqu’à mettre en place des expériences absolument démentielles. Par exemple, citons le cas d’une journaliste-éditorialiste qui a décidé de s’injecter des hormones mâle (testostérone) pour prouver que l’on pouvait être femme tout en étant homme. Il s’agit d’une philosophie absurde.

    Bien sûr, ce n’est pas tout à fait cette philosophie qui est enseignée à l’école, mais c’est tout aussi pervers. Il s’agit d’initiatives pédagogiques qui visent à faire baisser les stéréotypes sexués. Autrement dit, il ne faut pas que le petit garçon joue à des jeux dits de petits garçons et que la petite fille joue à des jeux dits de petites filles.

    Cet égalitarisme sexuel au nom de l’égalité entre les sexes est d’une perversion absolue. Il est au contraire nécessaire que l’on se sente bien comme garçon ou comme fille, que l’on permette une égalité dans la rémunération et dans le travail, que l’on permette l’accès de tous à tous les métiers. Mais que l’on interdise à un homme d’être un homme et à une femme d’être une femme est une monstruosité philosophique.

    Cette théorie fait pourtant son chemin dans l’idéologie de la Gauche. La France n’avancera pas avec ce genre de réformes.

    Rapprochez cette théorie du genre de la proposition de retirer le plus tôt possible les enfants à leurs parents pour les mettre à l’école, afin qu’ils puissent s’imprégner des théories de gauche et évitent les influences néfastes ou bourgeoises. Cet égalitarisme me fait penser aux théories de Mao ou des communistes en général qui voulaient que les enfants soient élevés par l’Etat pour briser toute résistance. C’est bien ce que veut Monsieur Peillon et ce qu’il a d’ailleurs écrit.

    Madame Bertinotti ou ses amis utilisent l’argument de l’anti-républicanisme comme s’il n’était pas républicain de ne pas être socialiste. Nous sommes sur une pente dangereuse et il faut sereinement que l’on puisse y réfléchir.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :