• Suicide ou < crime d'Honneur >

    Avant son suicide, Aïcha n'était pas victime de harcèlement sur internet

    Aucune image ou vidéo lascive de la jeune fille n'a en réalité été diffusée sur les réseaux sociaux, affirme l'enquête. La vindicte populaire contre elle et son supposé petit ami continue pourtant.

     
    PUBLICITÉ 

    Pourquoi Aïcha s'est-elle défenestrée? La piste selon laquelle l'adolescente de 14 ans n'aurait pas supporté de voir son intimité étalée sur les réseaux sociaux ne tient plus. En effet, depuis plusieurs jours, des vidéos échangées sur internet présentaient une jolie brune adoptant une pose lascive allongée sur un lit, censée être Aïcha, filmée puis trahie par son petit ami. Seulement voilà, la brunette sexy de ces vidéos n'a rien à avoir avec Aïcha, a indiqué une source policière.

    L'enquête, confiée à la Sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis, «n'a pas permis, à ce stade, d'établir l'existence de diffusion de photographies de la jeune fille avant son décès, ni même d'intention suicidaire qu'elle aurait pu exprimer», a indiqué le parquet de Bobigny. La jeune fille n'était pas non plus harcelée avant sa mort.

    C'est en effet seulement depuis son suicide qu'Aïcha fait l'objet d'une campagne de dénigrement sur les réseaux sociaux. Les vigies de Pharos, la plateforme de signalements des propos violents ou insultant sur Internet, n'en avaient repéré aucun à son sujet avant mercredi. Certains internautes estiment ainsi qu'une jeune fille s'étant rendue «coupable» de tels agissements méritait peu ou prou son sort. Il convient de rappeler qu'à 14 ans, tout adolescent est en-dessous de la majorité sexuelle et que tout rapport sexuel avec un jeune de cet âge, même consenti, est considéré comme une atteinte sexuelle, passible de 5 ans de prison.

    Un coupable désigné sur Internet se fait également lyncher

    La vindicte populaire s'est également emballée contre un jeune homme, considéré comme le coupable idéal. Un jeune noir fait ainsi l'objet d'une déferlante de propos racistes pour avoir supposément été le petit ami d'Aïcha qui aurait fait fuiter ces prétendues vidéos. Le nom du garçon a circulé, ainsi que son adresse. Or l'individu en question n'a rien à voir dans cette affaire. «Lui et la victime ne se connaissaient même pas», poursuit une source policière, toujours auprès du Parisien.

    Reste maintenant à savoir pourquoi Aïcha a voulu mettre fin à ses jours. Avant de commettre l'irréparable, la jeune fille se trouvait avec un de ses frères et sa belle-soeur dans l'appartement de Stains de sa grand-mère, absente. Son frère souhaitait avoir «une conversation» avec elle. «Aucune trace de lutte» n'a été constatée dans l'appartement et «les témoignages recueillis immédiatement après n'ont fait état ni de dispute ni de cris», a précisé le parquet.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :