• samedi 14 novembre sera un grand succàs

    Nos amis du Bloc Identitaire ont eu une excellente idée en proposant les assises de la Remigration qui aura lieu demain samedi 14 novembre et nous leur souhaitons un grand succès, qui devrait être au rendez-vous si on en juge par l’intérêt manifesté par nombre de patriotes.

    Sans déflorer les discours qui seront prononcés et que nous ne connaissons pas, il nous semble néanmoins utile de préciser –ou de rappeler – que si sur l’islam républicains et identitaires sont totalement d’accord nous avons quelques divergences et d’analyse et politiques.

    Par-delà nos différends sur le régionalisme, déjà largement explicités (1), il faut préciser quelques points importants à propos de la remigration :     

    La remigration, accompagnée, forcément, d’un changement politique complet, semble à beaucoup la seule solution pour éviter la guerre qui se profile peu à peu à l’intérieur des pays européens et notamment en France.

    Nous ne partageons pas le concept racialiste de certains, convaincus que ce n’est ni l’origine géographique ni la culture d’origine ni la couleur de la peau qui font un Français mais son adhésion à nos traditions, à notre héritage, son amour de notre langue, de notre mode de vie, de notre littérature, convaincus qu’un Pascal Hilout, une Malika Sorel  et un Léopold Senghor sont plus français que l’immense majorité des Français d’origine.  Nous considérons aussi que l’islam est une monstruosité qu’il faudrait éradiquer de la terre, au nom de valeurs universalistes, et si nous nous battons avant tout pour la France, nous ne pouvons pas demeurer insensibles au sort des chrétiennes d’Orient vendues comme esclaves ou mariées de force ni aux fillettes enlevées par Boko Haram. Les Identitaires, eux, ont plutôt tendance à penser que chacun est maître chez soi et que si, dans les pays musulmans, les femmes sont maltraitées c’est le problème des pays musulmans, de leurs dirigeants et de leurs habitants.

    A ce titre, il est évident que le départ d’un certain nombre d’immigrés de notre sol ne peut se faire sur des choix racialistes mais uniquement sur des choix d’assimilation. Le modèle républicain n’est même pas l’intégration, il est l’assimilation. L’immigré que l’on repère à son vêtement, son mode de vie, sa coiffure, sa langue utilisée partout et en tout lieu, spécifiquement et ostensiblement différents  de ceux des Français n’a pas sa place en France parce que, par ses choix il montre son refus de notre pays, son refus de s’intégrer, quelle que soit sa couleur de peau, et j’en dirai autant des Français convertis qui eux aussi ne doivent pas s’isoler, se séparer symboliquement de la communauté nationale par leur kami, leur voile, leur niqab, leur refus de voir leurs enfants instruits selon nos préceptes et notre culture, leur refus de participer à la vie française.

    Cependant, il est clair que le nombre d’immigrés, exponentiel, nous amène, forcément, à nous poser des questions particulières. Est-il concevable qu’en France, dans certaines villes, dans certains quartiers, dans certains arrondissements, on ne voie pratiquement plus (voire plus du tout) de Français d’origine ? Est-il concevable qu’en  France, dans certaines villes, dans certains quartiers, dans certains arrondissements, on ne trouve plus d’alcool, de charcuterie, mais  des boucheries halal, des coiffeurs spécifiques pour cheveux crépus, des kebab  ? 

    Serait-il concevable pour le touriste français d’aller au Mali, au Sénégal ou au Congo et de ne pas y voir de Noirs ou presque ? Non.

    Là où nous rejoignons les Identitaires, c’est que l’immigration à haute dose nous amène à un réflexe de défense, et d’opposition non pas à des hommes mais au Remplacement de population.

    Derrière l’assimilation, derrière l’amour de la France, il est nécessaire que les « Blancs », héritiers depuis des milliers d’années de la France, y demeurent majoritaires, afin que le sentiment d’appartenance, l’histoire aient encore un sens et qu’on ne fabrique pas ce que souhaitent nos  élites mondialisées, un homme sans racines, sans passé, sans histoire et donc un homme ballotté et manipulé, juste bon à consommer et travailler.

    Cela va obliger à penser la remigration non seulement en terme d’assimilation, d’amour de la France mais aussi en terme de quotas.

    Il faudra donc que les musulmans qui prétendent pratiquer leur religion dans l’espace public partent le faire dans un autre pays, musulman. On ne le dira jamais assez, un vrai musulman est obligé de mettre les lois d’Allah avant les lois de la République. Inacceptable. Nous n’avons pas le choix…  Ce sera l’islam ou nous.

    Mais il faudra aussi que tous ceux qui, étrangers, européens ou extra-européens, sont délinquants ou activistes anti-France repartent dans leur pays d’origine ou dans celui de leurs parents.

    De plus, il va falloir travailler sur la notion de « Français de papier ». Un jeune qui devient français automatiquement parce que né en France de parents étrangers devra faire ses preuves pour conserver cette nationalité.

    Mais il faudra aussi que tous les immigrés restant, même assimilés, qui n’ont pas de travail pendant une durée à déterminer soient priés de repartir dans leur pays d’origine. Nous avons trop de chômeurs, trop de dette, pour pouvoir prendre en charge ceux qui ne sont pas français.

    Enfin, puisque quota il y aura et que  les filtres évoqués ci-dessus ne suffiront pas, il faudra encore trier les immigrés, même complètement assimilés pour ne conserver que ceux dont nous avons vraiment besoin sur le marché du travail… Chômage et refus du remplacement de population oblige. 

    Bien sûr les libertaires adeptes de la citoyenneté du monde crieront au scandale et au  nazisme. Qu’ils se mettent en tête quelque chose d’essentiel.

    Personne ne choisit où il naît, ses parents, son sexe, son apparence physique, ses atouts ou handicaps. C’est le loto de la vie. Le pays où l’on naît fait partie de ce qui nous est donné et avec quoi nous pouvons et devons faire au mieux. C’est là les limites de la vie tout simplement.

    Alors non la liberté de s’installer où l’on veut au nom de la liberté individuelle ne peut pas être un critère de choix, parce qu’il y a, en face, le groupe existant qui a le droit de dire oui ou non à votre venue. Imaginons que un milliard d’Africains décident de venir, demain, s’installer dans le Languedoc au nom de la liberté individuelle… Ce n’est tout simplement pas possible. C’est bien pour cela qu’il faut des lois, qu’il faut une souveraineté populaire et que l’immigration soit soumise, comme elle l’est dans nombre de pays, réglementée, permettant à la fois de répondre à des cas de détresse ponctuels criants dans les pays en voie de développement et de répondre à des besoins dans les pays développés. Mais la première tâche de l’aspirant migrant c’est de travailler à développer son pays et en faire un endroit aussi attractif que la France, par exemple… On sait que c’est possible. Il suffit de voir ce qui existait avant Israël et ce que Israël en a fait. Il suffit de voir ce qu’était l’Algérie (qui n’existait même pas) avant que les Français ne s’y installent. Il suffit de voir ce qu’est devenue l’Algérie depuis que les Français en sont partis…

    Petite citation très claire d’Ann Lauwaert dans Des raisins trop verts :  » Comment se fait-il que, au XVIIème siècle, on ait été capable de construire le Taj Mahal qui est une merveille mathématique et que, en 1992, dans la même ville d’Agra, on construise un nouvel hôtel dont les embrasures des fenêtres sont trente centimètres plus larges que les châssis des fenêtres qui leur sont installées ? Et que personne ne pense à combler cette  erreur de construction au lieu d’y laisser y nicher des essaims de guêpes ? »

    Tout est dit. La réussite occidentale est liée au travail et à l’éducation. Nous éduquons nos enfants, nous leur donnons l’envie de travailler, pour eux et pour leur pays, nous les habituons à l’effort, au dépassement. Et ce n’est pas toujours facile. …

    C’est encore Ann Lauwaert qui raconte les exclamations horrifiées de ses amies pakistanaises quand elle leur dit qu’elle porte les cheveux courts parce qu’elle se lève à 6 heures pour aller travailler et ne peut pas passer  une heure à sécher et démêler de longs cheveux. Elle raconte aussi les indignations des jeunes Pakistanais horrifiés devant les impôts, le coût de l’essence et de l’électricité et le fait qu’il ne reste rien ou presque d’un salaire qui les fait rêver au bout du mois…

    L’intérêt général, nous en sommes pétris et nous avons parfaitement assimilé qu’on ne rase pas gratis. Qu’adviendra-t-il de nos descendants s’ils côtoient une majorité d’enfants ne songeant qu’à eux, à l’intérêt de la oumma et aux volontés  d’Allah ?  

    Alors oui, pour les républicains comme pour les identitaires, malgré quelques différences, la remigration est nécessaire, indispensable, incontournable.

    Néanmoins, la remigration ne pourra exister que si nous sortons de l’Europe, que si nous reprenons notre indépendance et notre souveraineté, totales, bien loin d’une UE et d’une Europe des régions que les Identitaires appellent de leurs vœux.

    C’est une condition sine qua non. Tant que nous n’aurons pas quitté l’UE et l’euro, tant que nous n’aurons pas envoyé promener Juncker, Reding, Barroso et tous les autres traîtres, nous ne pourrons rien faire et surtout pas nous opposer à l’immigration, au remplacement de population et à l’islamisation de notre pays. Que les Identitaires y songent…

    Christine Tasin


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :