• nous sommes des laïques aux racines chrétiennes

    <script src="http://platform.twitter.com/widgets.js" type="text/javascript"></script>

    Partager <script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>

    J’aime vivre dans cette France où on a le droit de croire ou de ne pas croire, où le fait religieux n’est pas sacré, et où le délit de blasphème n’existe pas.

    Il a suffi que les dinosaures de la Libre Pensée (qui défendaient le voile islamique à l’école et le droit de porter la burqa dans la rue… ) demandent à retirer une crèche au conseil général de Vendée, et bientôt à Béziers, pour que des nostalgiques de la France catholique tombent à bras raccourcis sur la laïcité, accusée de tous les maux.

    Or, si le laïque que je suis tient à ce que notre crèche demeure dans nos lieux publics au nom de la tradition, j’avoue que je n’aimerais pas vivre dans un pays où on persécute les croyants, sous prétexte de les émanciper de « l’opium du peuple ».

    Je n’aimerais pas davantage vivre dans une théocratie musulmane, où il n’y a qu’une loi, celle d’Allah, et n’aurais pas aimé l’Espagne du général Franco, qui disait : « En Espagne, ou bien on est catholique, ou bien on n’est rien. »

    J’aime vivre dans cette France où on a le droit de croire ou de ne pas croire, où le fait religieux n’est pas sacré, et où le délit de blasphème n’existe pas.

    Je n’aimerais pas, non plus, vivre aux États-Unis où le président de la République jure sur la Bible. Je n’ai pas envie que des crucifix soient présents dans nos écoles de la République, mais je ne supporte pas davantage que des mères voilées accompagnent les sorties scolaires, avec la complicité de Najat Vallaud-Belkacem.

    Je suis donc un inconditionnel de la séparation du religieux et du politique, résumée par cette phrase de Victor Hugo, prononcée en 1850 à l’Assemblée nationale : « Je veux l’État chez lui et l’Église chez elle. »

    Pour autant, je n’ai pas envie, au nom de la vision éradicatrice du passé de la France qu’on constate dans la démarche de la Libre Pensée, qu’on fasse table rase de la place de la religion catholique dans la vie quotidienne des Français.

    Loin d’incarner le seul catholicisme, Noël est une fête d’origine païenne, qui rassemble l’ensemble des Français, croyants, agnostiques ou athées. Il est donc criminel de vouloir éradiquer ce symbole.

    Dans cet esprit, j’ai même animé une manifestation, à l’initiative de Résistance républicaine, l’an passé, où nous réclamions le maintien des jours fériés chrétiens, et refusions l’apparition de nouveaux jours fériés musulmans, considérant que l’islam n’a rien à voir avec notre Histoire, contrairement au christianisme.

    Le catholicisme, qui affirme qu’il faut rendre à Dieu ce qui appartient à Dieu, et à César ce qui appartient à César, est compatible avec la laïcité, contrairement à l’islam, où la foi est une loi. C’est pourquoi les disciples d’Allah et leurs complices mènent une guerre féroce et quotidienne contre notre modèle laïque, qui obligerait leur islam à rester dans la sphère privée, alors qu’il est prosélyte et conquérant de nature.

    La légitime indignation qui touche nombre de Français, suite aux recours de la Libre Pensée et aux décisions des juges, ne doit pas se tourner contre la laïcité française.

    L’offensive de l’islam contre notre modèle occidental d’origine chrétienne existe dans tous les pays où il n’y a pourtant pas notre loi de 1905.

    Que je sache, le cardinal Barbarin n’a rien trouvé à redire à ce qu’on grave « Allah akbar », cri des musulmans quand ils égorgent les chrétiens, sur la cathédrale Saint-Jean de Lyon. C’est le cardinal Tauran, à Turin, en 2008, qui a eu cette phrase terrible : « Grâce aux musulmans, Dieu est de retour en Europe. »

    C’est le pape qui somme l’ensemble des Européens, dont les Français, d’accueillir encore davantage de nouveaux venus, majoritairement musulmans, qui seront souvent les premiers à participer à l’offensive de l’islam contre notre modèle laïque, mais aussi contre tous les symboles chrétiens : églises, sapins de Noël et crèches.

    La laïcité française, unique au monde, peut nous préserver de l’offensive de l’islam, sans renier nos racines chrétiennes, ni revenir à une France catholique.
    Ne nous trompons donc pas d’ennemi !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :