Il ne faut pas se leurrer, le gouvernement actuel ne prendra pas les mesures adéquates pour éradiquer les islamistes qui sévissent en France.

L'islam a déclaré la guerre aux non musulmans de France et de l'occident.

Il n'y a pas d'islam modéré et tolérant. Il n'y a qu'un seul islam qui est une religion totalitaire, conquérante et guerrière.

L'assassinat perpétré par les trois djihadistes dans les locaux de Charlie Hebdo est un acte de guerre conforme aux préceptes du coran dont de de nombreuses sourates incitent les musulmans à éliminer les "infidèles" (non musulmans) et à punir de mort ceux qui blasphèment le Prophète. Outre le coran, il y a les « hadiths » qui relatent et magnifient les actions guerrières et sanguinaires de Mahomet exterminant les "infidèles".

Les Boubaker, Moussaoui et consorts ont condamné cet assassinat mais ce sont des déclarations de circonstance. Ils ne peuvent s'exprimer autrement. Mais imaginons que demain les musulmans soient majoritaires en France, ces dignitaires musulmans ne pourraient pas tenir les mêmes propos de désaveu à l'encontre des tueurs d'Allah car ceux-ci n'ont fait qu'appliquer ce que leur commande le coran. Les soi-disant "modérés" appliquent ce que les musulmans appellent la « taqqiah », c'est-à-dire l'hypocrisie, le mensonge, le silence ..., pour faire croire qu'ils désapprouvent les djihadistes.

Nous, les pieds-noirs, avons connu la guerre larvée déclenchée par le FLN qui avait déclaré le djihad contre la France. Officiellement, les autorités françaises ne parlaient pas de guerre mais d'opérations de maintien de l'ordre et de pacification. Le 20 août 1955, il y eut les massacres d'El-Alia, près de Philippeville. Les ouvriers européens de la mine de ce village, avec leurs familles, avaient été sauvagement assassinés par leurs collègues musulmans.Au total 150 morts. Ce massacre prouve bien que quand un musulman reçoit l'ordre de tuer un non musulman, au nom du djihad, il est obligé de l'exécuter car son refus serait considéré comme un apostat et il serait éliminé pour cela.

En 1957 à Alger, le FLN avait déclenché une série d'attentats aveugles contre les civils européens (Milk-bar, Ottomatic, Cafétéria, Coq Hardy, casino de la Corniche, etc. ...) Parmi les victimes, de très nombreux enfants. Robert Lacoste (socialiste) Gouverneur général de l'Algérie, successeur de Soustelle, donne les pleins pouvoirs de police à l'Armée française. Les paras de Massu et de Bigeard mènent alors la "bataille d'Alger" et réussissent à éradiquer les tueurs et poseurs de bombe (Ali la Pointe, Yacef Saadi, Djamila Bouired, Zohra Drif, etc. ...). Pour parvenir à ce résultat, nos valeureux paras, couverts par les autorités françaises,  ont employé des méthodes musclées (la torture quand il s'agissait de faire parler les rebelles afin d'empêcher des attentats qui auraient coûté la vie à des centaines d'innocents civils).

La situation dans laquelle se trouve actuellement la France peut être comparée à celle que nous avons connue en Algérie dès novembre 1954. Il y a en France, des groupes islamistes fortement armés et bien entraînés à la guérilla, qui revendiquent leur appartenance à Al-Qaïda ou à L'Etat Islamique. Ils bénéficient d'aides financières importantes dont on peut imaginer qu'elles proviennent des émirats du pétrole. Pour en venir à bout, il faudrait une prise de conscience de la part du Pouvoir qui, jusqu'à présent, dénie la réalité. Depuis hier soir, nos politiques évoquent l'union nationale. Mais ce consensus, pour être efficace, doit être concrétisé par des mesures fermes, tant au point de vue policier que des sanctions judiciaires. Il est indispensable que des moyens adéquats soient donnés à la police et à la gendarmerie pour débusquer les djihadistes et les mettre hors d'état de nuire. La situation actuelle étant tellement préoccupante qu'il faudrait également faire appel à l'Armée (paras et légionnaires, par exemple). Ce que je viens d'évoquer, n'est qu'un vœu pieux mais je serais le premier étonné si nos gouvernants actuels avaient le courage et le patriotisme pour faire appliquer ces mesures pour assurer la sécurité des Français.

Jean-Paul le 10 janvier 2015


 Nous sommes choqués. Nous essayons de comprendre, de ne pas être des ’’veaux’’.

Je lis tout ce qui arrive, et je reçois chaque document plusieurs fois, ça bouge beaucoup et ça diffuse dans le monde patriote (et pas seulement pieds noirs), on ne réagit pas parce que l'on n'a pas le temps de digérer qu'un autre document apporte une info.

Non je ne suis pas Charlie. C'est une énorme manœuvre de diversion dans laquelle les gens s'engouffrent avec tout leur cœur brisé par ces drames. ’’Les patos’’ n'ont pas l'habitude de ce genre de choses, ils ont vite oublié Merah et Toulouse !

Cette opération Charlie, ce n'est qu'une basse récupération politique d'incapables qui nous ont amenés là et qui n'ont même pas le courage de le reconnaitre. Mais il faut admettre qu'ils sont fort en pub ! Les bobos spécialistes de l'évènementiel ont fait très fort !

Ce soir sur BFM TV, Vals a été hué par la foule devant l'épicerie casher. Cela s'entendait nettement au 1er passage ... et avait bizarrement disparu des passages suivants ...


Et ça vous étonne ?

Oui ! Cette horreur qui s’est produite hier dans les locaux de Charlie Hebdo a bouleversé, à juste titre, des millions de Français. Oui ! On peut dire, à juste titre, que l’obscurantisme veut assassiner l’esprit français. Oui ! Il est anormal d’être tué à cause de dessins humoristiques. Oui ! Cent fois Oui !

Mais d’abord, nous nous attendions, nous, Français d’Algérie, à une attaque de ce genre.

J’imaginais, il est vrai, que ce serait plutôt dans un lieu chrétien ou républicain ou touristique emblématique mais, à la réflexion, Charlie Hebdo, ce n’est pas étonnant.

Même si les convictions politiques de ce journal sont à l’opposé des miennes, j’ai souvent bien ri des dessins publiés. Ils dézinguaient à tout va, souvent au marteau-piqueur plutôt que dans la dentelle mais c’était drôle et si nos amis ont maintes fois porté plainte contre des attaques par trop ciblées contre la religion catholique, cela n’empêchait pas qu’on se dise : « C’est faux, c’est moche, mais c’est drôle ! »

Pourtant, jamais les plaignants déboutés par des magistrats très indulgents n’ont eu l’idée de s’armer de kalachnikov. Seul Charlie Hebdo avait (ou a encore) le culot de plaisanter d’autre chose que des Auvergnats et des Belges, comme dit Philippe Bouvard. Quand tout est interdit, Charlie Hebdo est une soupape de décompression.

Je n’ai pas voulu, hier, réagir à chaud car trop de souvenirs douloureux remontaient dans ma mémoire, trop de chagrins, trop de regrets.

Car enfin, si l’attentat d’hier est ressenti comme hors du commun, ne pouvait-on auparavant réagir avec force lors des exploits de Mohamed Merah contre des juifs innocents, des soldats, bref des Français ? Ne pouvait-on museler les imams incendiaires, les réseaux sociaux asociaux ? Ne pouvait-on infiltrer les canaux d’armements ?

Qu’a-t-on fait de notre système de renseignements et de police qui voit les gens qu’ils arrêtent remis dans la nature par une justice laxiste et des lois inadaptées ?

Lorsque les terroristes assassinaient en Algérie, il fallait que les faits soient soumis à enquête sur place avec un juge ce qui faisait perdre un temps précieux. En a-t-on tiré les leçons ? Il semble qu’en l’espèce l’enquête avance très vite, c’est heureux. Mais va-t-on encore déclarer les tueurs comme des fous qu’il faut soigner ou comme des malades incurables qu’il faut éliminer ?

Je l’écrivais, il y a peu : Lien ou pas lien ? Quand par Internet, tout est lié...

Il y a en France, officiellement six millions de Musulmans nous dit-on. La plupart sont gens paisibles comme ils l’étaient du temps de l’Algérie heureuse. C’est à eux que je crie aujourd’hui l’exhortation de Saint Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! » N’ayez pas peur car c’est vous qui êtes aujourd’hui les plus menacés. C’est de votre peur que se nourrit la haine. C’est de votre faiblesse que l’extrémisme tire sa force.

Peut-être ces mots seront-ils mal compris. Alors, allons jusqu’au bout.

Je ne suis pas ravie de la présence de six ou sans doute bien davantage millions, de Musulmans en France après que leurs pères ou leurs grand pères ont chassé le peuple pied-noir de cette Algérie qui leur était chère, mais ils sont là et nous devons faire avec.

Je ne me fais aucune illusion. Dans les banlieues, les tueurs sont considérés comme des héros. Qui peut renverser cette opinion délétère ? Ceux de chez eux qui voient plus loin que la haine. Il n’y a aucune autre solution que ça plaise ou non. A part la répression aveugle qui serait guerre civile, ce que personne ne peut vouloir.

On dira qu’une fois de plus je ramène les choses à notre drame. Comment faire autrement ? Mais si cela aide à réfléchir, à donner au moins un répit à nos enfants, c’est cela de gagné. Car, en toute honnêteté, je vois l’avenir sous un jour bien sombre pour la France, pour l’Europe... J’espère me tromper.

Geneviève de TERNANT Vice-présidente du comité VERITAS pour le rétablissement de la vérité historique sur l’Algérie Française le 8 janvier 2015