• le violeur s'appelle Redouane

    http://videos.tf1.fr/jt-we/2014/deux-policiers-mis-en-examen-apres-des-soupcons-de-viol-a-paris-8407174.html

    Depuis le temps que l'on vous dit que la femme , dans le monde musulman, n'a pas du tout la même valeur que dans le notre.

    Nous même, venons seulement d'admettre qu'un animal était un être sensible et non pas un meuble . La femme chez ces

    arrièrés ,a sa place après le Bouricot et peut être même après les Babouches ( quelques millénaires nous séparent )

    Soupçons de viol au Quai des Orfèvres : la garde à vue des 4 policiers prolongée

    - Parmi les fonctionnaires mis en cause, deux gardiens et un officier qui ont croisé dans un bar situé en face du Quai des Orfèvres une «connaissance», fille d'un commissaire canadien. Éméchée, elle a suivi l'un des fonctionnaires au siège mythique de la police judiciaire. Placés en garde à vue depuis jeudi, leurs domiciles ont été perquisitionnés.

    La garde à vue des quatre policiers soupçonnés d'avoir violé une femme au 36 quai des Orfèvres a été prolongée vendredi après-midi. Un capitaine et deux gardiens de la paix affectés à la Brigade de recherche et d'intervention (BRI, antigang) avaient été placés en garde à vue jeudi dans les locaux de l'inspection générale de la police nationale (IGPN, police des polices). Un quatrième fonctionnaire, présent sur les lieux après le départ des trois protagonistes, avait lui été placé en garde à vue plus tard dans la soirée. Leurs domiciles ont été perquisitionnés vendredi matin.

    Selon les premiers éléments de l'enquête, l'affaire, encore très confuse, s'est déroulée dans la nuit de mardi à mercredi. Dans un pub irlandais situé de l'autre côté de la Seine et faisant face au siège de la PJ parisienne, les fonctionnaires ont rencontré une «connaissance de vue», cliente canadienne en villégiature à Paris. Fille d'un commissaire canadien et peut être policière elle-même outre atlantique, elle fréquentait de temps en temps l'établissement et les policiers l'y avaient déjà croisée. «La jeune femme est ressortie au bras d'un des gardiens de l'antigang qui devait repasser à son bureau pour récupérer ses clefs», confie au Figaro une source informée.

    Alors qu'elle était en état d'ébriété, selon diverses sources policières, elle a suivi le fonctionnaire dans les étages, jusque dans les services de l'antigang. Sur place, le «couple» a alors croisé un deuxième policier qui allait quitter les locaux, puis un troisième qui arrivait quant à lui pour prendre lui aussi ses clefs. «A ce moment, les circonstances de la «virée» nocturne demeurent confuses» et, toujours de source policière, méritent encore d'être considérées «avec la plus extrême prudence».

    Prélèvements génétiques

    Au petit matin, la ressortissante canadienne est redescendue décoiffée, pieds nus et les chaussures à la main, au rez-de-chaussée du Quai des Orfèvres. Véhémente et en état de «crise», elle aurait dit au policier du poste de garde à l'entrée avoir été agressée sexuellement et que son manteau lui aurait été volé. En fait, le vêtement a été oublié, puis retrouvé dans le bar. La planton de service a appelé le commissariat du IVe arrondissement où elle a fait une déposition. Le parquet de Paris, alerté dans la foulée, a saisi la police des polices. Les redoutés «bœufs carottes», comme ils sont surnommés dans le jargon maison, se sont rendus mercredi matin sur place pour faire une série de constations. Des vidéos des accès au «36» auraient été saisies.

    Vendredi, les domiciles des quatre policiers ont été perquisitionnés.

    «Les faits ne viols ne sont pas avérés en l'état et il est trop tôt pour savoir ce qui s'est passé, il est urgent d'attendre la fin de l'enquête pour tirer des conclusions», commente une source interne à PJ parisienne où l'on rappelle que «les mesures de garde à vue sont inévitables dans ce genre de dossiers sensibles où des fonctionnaires sont mis en cause». Les prélèvements génétiques ont été effectués pour établir l'existence d'un éventuel rapport sexuel.

    Dans l'attente des conclusions de l'enquête sur le plan pénal, la direction de la police judiciaire pourrait vite décider de très lourdes sanctions administratives contre le policier qui a fait monter la jeune femme canadienne



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :