• le monde des Bisounours: c'est fini !

     
      Ceux qui muselaient la liberté d'expression pleurent en son nom

    DE Lydia Guirous, secrétaire nationale du Parti radical en charge de la lutte contre les discriminations, il y a 3 jours. Dans Le Figarovox, elle tient encore des propos courageux, suite à l'attentat contre Charlie Hebdo :

    "On a crié aux loups lorsque dans mon livre, comme beaucoup d'autres, je disais que l'islam se radicalisait dans les cités...on a crié aux loups lorsque Zemmour a parlé d'une France au bord de la guerre civile...on a crié aux loups, la plupart des médias en tête, à la sortie du roman fiction de Michel Houellebecq ...et aujourd'hui ceux-là même qui muselaient il y a encore quelques heures la liberté d'expression, pleurent en son nom.

    Il ne faut pas avoir peur des idées mais de l'absence d'idées. Une démocratie qui ne pense plus et qui nie les réalités est une démocratie qui meurt, qui se suicide. Cabu et Wolinsky n'avaient pas peur, ils préféraient vivre debout qu'à genoux. Nous devons continuer à dénoncer la réalité et à ne pas se réfugier dans un confort intellectuel boboïsant: tout le monde est gentil, ne stigmatisons pas et tout ira bien... bilan 12 morts!

    [...] Cessons ce laxisme qui ronge la France depuis 1970. Un principe n'est pas une incantation ou une fantaisie, mais une règle que doit imposer avec fermeté la puissance publique et nos élus.Ces derniers ont été trop lâches avec la laïcité et au nom d'un relativisme culturel abject et d'une culpabilité post-coloniale un peu feinte. Ils ont laissé volontairement et à des fins électoralistes, l'islam radical dans les quartiers.

    Le communautarisme est la gangrène du vivre ensemble, mais c'est aussi le terreau du terrorisme et de la barbarie. En cédant à la tentation communautaire, certains élus et certains intellectuels et médias, ont trahi la République, nous ont trahis.En cédant au communautarisme islamique, ces derniers ont planté les germes du djihadisme et du terrorisme... [...]

    Alors aujourd'hui il est plus que temps de nettoyer les imams radicaux et les islamistes des cités au kärcher. Il est plus que temps d'appliquer strictement la loi sur l'interdiction de la burqua dans l'espace public. Il est plus que temps d'interdire le voile dans les universités et dans les entreprises... [...]

    Bien sûr qu'il y a un problème avec l'Islam des banlieues en France et ce problème ne cessera de s'amplifier tant que l'arbitre ne sifflera pas la fin de la partie du laxisme et de la lâcheté. Cet arbitre est l'Etat, c'est à lui de rappeler les règles de la République et de les appliquer avec force et coercition. Si rien n'est fait, les imams radicaux continueront à laver les cerveaux des jeunes en perte de repères, et d'autres attentats, plus graves encore, auront lieu sur notre sol.

    Dénoncer la réalité et essayer de la traiter, ce n'est pas être fasciste, c'est être citoyen et républicain. Dénoncer la réalité de l'Islam radical dans les cités, ce n'est pas être raciste mais responsable. Le vivre ensemble de la France repose sur des règles, il faut les respecter. Ce n'est pas à la France de s'adapter aux particularismes culturels et religieux, mais à ces derniers de se plier à ses règles. Le mal français, ce n'est pas Zemmour ou Houellebecq, c'est la lâcheté et cette entreprise permanente de déconstruction de nos valeurs à laquelle nous assistons depuis quarante ans, sans réagir. [...]"

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :