• le 26 : c'est après demain !

    LE BILLET DE SAUVEGARDE RETRAITES
    ****************************************

    Jour de colère : le 26 janvier 2014, les Français manifesteront leur ras-le-bol
    Jour de colère ! La manifestation organisée le 26 janvier à Paris à 14 h, Place de la Bastille, donnera à tous les Français qui en ont par-dessus la tête d'être menés en bateau par le gouvernement l'occasion de faire entendre leur voix.

    Pour éviter les amalgames, Sauvegarde Retraites n'y figurera pas sous sa bannière, mais les membres qui le désirent peuvent y participer à titre individuel.

    Car les retraités ont bien des raisons d'être en colère :

    • Les retraites ne sont pas financées

      Le gouvernement devait réaliser la grande réforme qui allait permettre d'assurer l'avenir de nos retraites. Mais nous avons eu droit à une "non réforme", qui n'aboutit qu'à taxer encore un peu plus les Français sans rien régler. Les retraites ne sont toujours pas financées et le "trou" reste béant. Sans compter les milliards avec lesquels l'Etat subventionne les régimes spéciaux des agents publics, en creusant encore les déficits et la dette publique !

    • La jeunesse est sacrifiée

      Pour sauver ce système à bout de souffle, le gouvernement a choisi de sacrifier les jeunes générations, qui sont déjà littéralement asphyxiées : le gouvernement augmente, encore et encore, les cotisations salariales, alors que la France est la championne du monde des prélèvements sociaux avec plus de 27 % de cotisations retraite prélevées sur les revenus. Qui dit mieux ? Personne ! En comparaison, en Allemagne, qui est pourtant le pays de Bismarck et de l'Etat-Providence, les cotisations sont inférieures à 20 % des revenus.
      Plus de cotisations pour les salariées et plus de charges pour les entreprises, c'est plus de chômage à l'arrivée, donc moins d'actifs pour financer les retraites. Nous ne sommes pas sortis du cercle vicieux !
      De surcroît, les jeunes générations seront concernées par l'allongement de la durée d'activité jusqu'à 43 ans en 2035... si l'on ne décide pas d'ici là de l'allonger encore davantage.

    • Les inégalités se creusent

      Le gouvernement n'a pas voulu, ni osé, toucher à un seul des avantages liés aux régimes spéciaux dont bénéficient les agents des entreprises publiques et les fonctionnaires : pensions calculées sur les 6 derniers mois de salaire (75 % au minimum), garanties à 100 % par l'Etat ; possibilité pour plus d'un million de fonctionnaires de liquider leurs droits à 57 ou même 52 ans ; en cas de décès, réversion au conjoint survivant sans condition d'âge, ni de ressources... Et ne parlons même pas des retraites des élus, qui sont, sans surprise, encore plus avantageuses.
      Équilibre, équité, liberté ! Sauvons nos retraites !

    Bien cordialement

      Marie-Laure Dufrêche
      Déléguée Générale

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :