• la cinquième colone existe bel et bien en France

    Au temps de ma lointaine jeunesse, j’eus en classe de terminale une prof de philo qui avait fait ses classes post-68 sur les chemins de Katmandou. Portant guenilles safran et force patchouli, elle nous emmenait passer l’heure de cours au bistrot du coin. Sur le cahier de classe qu’il fallait tenir à l’époque, elle écrivait en faisant tinter les bagues qu’elle portait à chaque doigt : « Étude de milieu ». Reconnaissant, le cafetier lui offrait le déjeuner.

    Il semble que cette philosophie soit aujourd’hui très en vogue chez nos politiques. Avec cette petite nuance qu’il faut prendre le mot « milieu » dans ses multiples sens. Exemple : papy Dassault et ses millions distribués à des truands pour acheter les élections et « la paix sociale » à Corbeil-Essonnes, dans les chaudes cités de Montconseil et des Tarterêts. Un Serge Dassault qui s’est bien vite trouvé dépassé, racketté comme il se doit par des « grands frères » puis des petits frères toujours plus gourmands.

    Mais l’histoire des « grands frères » se superpose parfois à celle des « frères » tout court, celle des caïds de cité à celle des islamistes fous, et nos politiques n’y voient que du feu… jusqu’à ce qu’il leur pète à la gueule. La preuve par Amedy Coulibaly, tueur de Montrouge et de Vincennes désormais célèbre dans le monde entier. Un Coulibaly reçu par Sarkozy comme emblème-du-jeune-de-banlieue-qui-essaie-de-s’en-sortir. Un Coulibaly qui alors traînait déjà à son casier 6 condamnations pour vol aggravé et trafic de drogue. Un p’tit gars sympa comme ceux à qui Dassault offrait des stylos Montblanc et des liasses de billets.

    Les politiques battent-ils leur coulpe devant tant de coupable naïveté ? Pas le député PS Pietrasanta, en tout cas, qu’on a vu et entendu en boucle sur toutes les télés et radios les semaines passées, dissertant sur l’efficacité de nos services pour débusquer, partout où elle se trouve, « la menace terroriste ». Il sait ce qu’il dit, Sébastien Pietrasanta : c’est lui, le rapporteur à l’Assemblée nationale de la loi sur le terrorisme promulguée en novembre dernier. Il connaît le sujet mieux que personne. La preuve : il avait embauché en juillet 2010 dans sa mairie d’Asnières-sur-Seine un dénommé Michaël A. Son voisin. Il connaissait sa maman, une brave femme. Mais Michaël A. vient d’être mis en examen puis écroué pour « association de malfaiteurs terroriste en vue de commettre des crimes d’atteinte aux personnes ». On a retrouvé ses empreintes sur les armes de son pote Coulibaly avec qui il aurait passé six heures deux jours avant l’attentat de Charlie Hebdo, à qui il a téléphoné 18 fois la vieille. Pour parler de la météo, sans doute.

    Et Sébastien Pietrasanta, l’homme qui affirme qu’on sait tout sur tout, avoue auPoint « tomber des nues ». Michaël A. était un bon garçon bien poli, « pas du tout radical ». Et voilà que ce brave garçon prend 4 ans de zonzon pour trafic de drogue peu de temps après son embauche. Et voilà qu’on découvre qu’il avait déjà été condamné en 2009 pour vol et violences aggravées. Et qu’en dit-il,
    M. Pietrasanta ? « Normalement, nous demandons le casier judiciaire de nos employés avant de les embaucher. Mais je ne m’occupais pas de ces détails, ce n’était pas mon rôle. Nous faisions de l’insertion professionnelle. » Ah ben oui, ça change tout, forcément.

     L'espionne qui venait du bled ...
     

     Avec son air innocent elle nous mène apparemment par le bout du nez .... on ne sait qui croire...

    Voici qui explique « sa tête » de l’autre soir aux infos sur la 2 …..
    Le ministre Najat Belkacem est-elle l'agent secret d'un pays étranger ?
    Ce n'est pas nouveau, mais cette rumeur se confirme …
    Il est inadmissible qu’une personne à la double nationalité soit à un poste ministériel.
    Dans l’industrie on parlerait de conflit d’intérêt ; et dans la haute fonction d’Etat ?
    Pas étonnant qu’elle ait refusé de se présenter aux législatives …
     En Février 2012, le journaliste marocain Ali Amar révélait, sur son blog VoxMaroc au Monde.fr
    que « Najat Belkacem (est) l’espionne du roi ... »
    Il dénonçait la double carrière politique de Najat Belkacem, qui fait partie, depuis 2007, des 37 membres du Conseil consultatif des Marocains à l’étranger (CCME), directement nommés par Mohammed VI.

     Le conseil de la communauté marocaine de l’étranger (CCME), pour Najat Belkacem « a pour but de renforcer l’identité marocaine des Marocains de l’étranger, d’émettre des avis sur leur éducation religieuse (musulmane) »
      
     Gênée d’avoir été découverte défendant l’identité Marocaine alors qu’elle dénonce la préférence nationale Française comme une tare d’extrême droite, Belkacem déclara à l’AFP avoir fait partie du CCME « entre décembre 2007 et décembre 2011 »
       Faux ! écrit le site marocain Yabiladi le 20 avril dernier ::
    Le mandat du CCME devait prendre fin et le Conseil devait être renouvelé en décembre 2011, mais jusqu’à ce jour, rien n’est fait.
    Les membres sont dans le flou et il semblerait que le président n’ait pas encore envoyé ses avis au roi. »
    Autrement dit, sauf si elle a démissionné directement, ce qu’elle ne dit pas, Najat Belkacem n’a pas mis fin à ses fonctions, mais elle s’appuie de façon pernicieuse sur la date du renouvellement des membres.
     Najat Belkacem affirma ensuite ne pas être payée pour cette fonction, c’est : « un engagement volontaire et bénévole au service de l’intérêt général
    Faux ! écrit le journaliste Ali Amar :« elle perçoit des émoluments de complaisance dont le montant est presque un secret d’Etat »
     Rémunérée ou bénévole, le vrai sujet, en réalité, est ailleurs.
    Car selon Ali Amar, le CCME est « la machine de propagande du royaume à l’international, sa cinquième colonne »
     Au site Bladi.net, Najat Belkacem déclarait que le CCME« s’exprimera d’abord sur les sujets dont [il] sera saisi par Sa Majesté, en faisant valoir un point de vue de Marocains de l’étranger, et pour ce qui me concerne de Franco-Marocaine engagée dans la vie politique française ».
    Pour qui roule le Ministre ?
    Ali Amar qui rappelle que Najat Belkacem, jusqu’en 2007, était la porte-parole du Palais, conclut que « celle qui siège à 34 ans comme adjoint au maire de Lyon, et également comme conseiller général, engrange les faits d’armes d’agent double ».
    Najat Belkacem ne faisait-elle pas à l’Express, le 12 mai dernier cette déclaration troublante :
    ” Lorsque vous êtes d’une nationalité étrangère mais installé en France (???), vous pouvez aussi constituer une sorte de passerelle entre votre pays d’origine et votre pays de citoyenneté (pour) développer de meilleures relations culturelles (et) même économiques (avec) les pays qui nous entourent
    Ali Amar : « Au Palais de Rabat, on se frotte déjà les mains de la voir sur la photo de groupe sur le perron de Élysée. L’espionne qui venait du bled est à deux doigts de pénétrer le saint des saints de la république.    
     A la joie du sultan! »

      Reproduction autorisée, et même vivement encouragée

    Mao Tsé-toung, grand théoricien de la guérilla, aimait à dire que « le révolutionnaire est dans le peuple comme le poisson dans l’eau ». Les terroristes aussi. C’est même leur raison d’être.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :