• Des journalistes indépendants ( du Pouvoir ) arrêtés pendant la Manif

    <script src="http://platform.twitter.com/widgets.js" type="text/javascript"></script>

    Partager <script src="http://static.ak.fbcdn.net/connect.php/js/FB.Share" type="text/javascript"></script>
    Accueil » A La Une » Paris. Un journaliste de Breizh-info.com arrêté lors du Jour de Colère
    Paris. Un journaliste de Breizh-info.com arrêté lors du Jour de Colère

    Paris. Un journaliste de Breizh-info.com arrêté lors du Jour de Colère

    27-01-2014 – 07H30 Paris (Breizh-info.com) – Louis-Benoît Greffe, un des journalistes de Breizh-info.com qui couvrait la manifestation « Jour de Colère »contre la politique de François Hollande a été arrêté hier soir, à Paris, dans l’exercice de ses fonctions, par les forces de l’ordre. Il était  sur place afin, notamment, de suivre les nombreux Bretons, Bonnets rouges ou autres, venus exprimer leur ras le bol à Paris. Cette manifestation  a rassemblé 17 000 personnes selon la police, quasiment dix fois plus selon les manifestants.
    La police a procédé, en effet, hier soir à l’interpellation de 250 manifestants suite à des accrochages en fin de manifestation. Selon notre envoyé spécial sur place désormais embastillé, ceux-ci étaient nettement moins violents que lors de la célébration de la victoire du PSG en championnat de France sur les Champs Elysées. Alors, les incidents et dégradations en tout genre  avaient donné lieu à  moins d’interpellations et de réactions politiques, sans doute parce qu’ils étaient le fait  de « jeunes » de banlieue plus difficiles à « stigmatiser ».

    Nous n’avons plus de nouvelles de notre journaliste depuis hier soir 22h. Il est inadmissible qu’un journaliste, qui a fait état de sa fonction auprès des services de police, se retrouve placé en garde à vue alors qu’il couvrait un évènement public et autorisé de surcroît. La police semble en tout cas faire du zèle. Nous avons appelé plusieurs commissariats d’arrondissements ainsi que la préfecture de police afin de savoir où se trouvait notre collègue, sans que ces derniers ne nous répondent, entravant là encore une liberté publique.
    Notre journaliste n’est pas le seul : d’autres journalistes indépendants ont été également placés en garde à vue, comme l’indiquent plusieurs messages postés par les organisateurs et observateurs de la manifestation d’hier sur Twitter.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :