• chacun ses idées

    National-celtisme et saccage des valeurs de gauche jusqu’à destruction complète

    Nous plaidons pour le renouveau du fascisme celte

    BREIZATAO – PENNADSTUR (30/11/2014) Notre ennemi immédiat c’est l’ectoplasme politique nommé “la gauche”. Ce faux masque moral de la bourgeoisie. Nous, en tant que tenants d’un “fascisme celtique”, nous devons de la détruire complètement. Cette destruction s’obtient par une série ininterrompue de viols successifs, de viols de masse, pour reprendre l’image de la “libération de Berlin” par les hordes cosmopolites de Staline, soutenues par les démocraties turbo-capitalistes. A notre tour donc d’être les barbares qui mettront un terme aux finesses de la “civilisation progressiste”.

    On ne libérera pas notre peuple de l’esclavage réel si, en premier lieu, il ne prend pas l’habitude de défier le maître. Mais, à cet égard, rappelons que le pouvoir n’est pas l’autorité, que cette dernière permet au premier de s’exercer. Ce n’est qu’en délégitimant l’Eglise Catholique que les factieux Sans-Culottes, habilement manoeuvrés par la maçonnerie anglo-française et la juiverie bancaire, purent abattre la monarchie de droit divin. De la même façon, l’imposture ploutocratique ne pourra être abattue qu’en détruisant systématiquement, par un tir continu, les vaches sacrées du “progressisme”, cette fumisterie intellectuelle qui a retourné tant de cervelles fragiles, a ramolli les volontés au point de les livrer, sans défense, à l’imposture parlementariste.

    Nous devons assassiner moralement nos ennemis, les exterminer éthiquement, les traquer intellectuellement au point ou pas un n’ait plus une once d’autorité morale sur les foules. L’injure, le blasphème, la déconstruction, bref, le viol, voilà nos armes. Armes du combattant nationaliste qui, en soldat politique, s’avance et lance ses grenades idéologiques sur les lignes adverses, maximalisant le carnage émotionnel à mesure qu’il saccage les lieux tenus pour sacrés par les agitateurs pervers du socialo-communisme.

    Nous agrippons le cosmopolite par le col de la vertu, le secouons violemment par la dénonciation de ses actes et rappelons à ce rat puant quelle est sa place dans l’échelle de la Création, à savoir la dernière, après le crapaud.

    Ciblons avec envie et entrain, l’ennemi s’effondre. Plus la cible est aux abois, plus il faut accélérer le pas. Armes blanches de nos ardeurs extrémistes, nous plantons la baïonnette dans les tripes affectives du chien de gauche. Jamais les bottes du Celte redressé n’ont été si rutilantes que du sang des concepts putréfiés de cette gauche jetés au caniveau.

    Violence idéologique encore et toujours contre ces chiens : marxistes, socialistes, anarchistes, nihilistes, ahuris de l’humanitarisme, tous doivent servir à notre grand bûcher millénaire que nous voulons dressé pour le salut de la Celtie, délivrée de la tutelle cosmopolite, de la bourgeoisie sexagénaire dégénérée, des tabous moraux d’un monde que nous voulons saccager et renverser pour lui substituer celui de l’ordre, de l’harmonie, de la beauté, bref le monde d’une révolution traditionnaliste celtique et chrétienne.

    En rangs serrés, côte-à-côte, nous avançons pour écraser les traîtres, abolir le monde ancien et rétablir les droits de la vieille race bretonne.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :