• al qaïda france

    MINURNE - RESISTANCE
     

    FRANCAIS REVEILLEZ VOUS ! LA GUERRE A COMMENCE ! (video)

    Cette video terrifiante, signalée par Banro, a été lue près de 1,5 million de fois !

    Certains d'entre vous l'ont donc à coup sûr déja visionnée mais il était impensable de ne pas la publier sur Minurne Résistance. 

    Elle ne dit pourtant rien de plus que ce que nous évoquons régulièrement sur ce blog (et sur bien d'autres blogs amis). Mais cette compilation factuelle de 6 minutes offre - si l'on peut dire - une synthèse effrayante de ce qui est en train de se jouer sous nos yeux. Dans l'indifférence voire la complaisance d'une majorité de nos compatriotes un peu crédules, persuadés que la France "éternelle, républicaine, démocratique, laïque, tolérante", sera plus forte - une fois de plus - que les forces obscures qui la menacent. Mais aussi avec la complicité - pour ne pas dire la collaboration active - de certains politiciens véreux qui pourraient bien, quand le vent tournera, devoir répondre d'une accusation de Haute Trahison devant une juridiction populaire.

    Prenez le temps de visionner ces 6 minutes qui font froid dans le dos. Le montage date certes d'un an : belle occasion de vérifier que certaines des menaces proférées se sont déja concrétisées (je pense à cet imam rappelant que les 6 millions d'électeurs musulmans devront peser désormais de manière décisive dans les scrutins). Ecoutez ces hommes et ces femmes qui expriment avec des mots simples et percutants la peur que leur inspire l'irrésistible montée de l'islamisme en France et en Europe.

    Prenez aussi le temps d'envoyer ce lien à tous vos proches, vos amis, vos collègues, quelles que soient leurs préférences partisanes. Car nous sommes bien loin désormais du conflit traditionnel droite / gauche. Nous sommes face à une guerre sans merci qui a déja commencé, et contre laquelle nous ne faisons rien, ou pas grand chose, si ce n'est alerter par tous les moyens nos compatriotes, intoxiqués par le pouvoir et les médias aux ordres, serinant doucement leur petite musique d'abandon. 

    Mais c'est aussi notre force. Notre seule force, pour l'instant. Chacun d'entre nous dispose (encore) de ce pouvoir d'informer et de convaincre ceux qui croient en la France et en ses valeurs que rien n'est perdu, pourvu qu'ils comprennent enfin qu'il nous faut maintenant nous unir pour chasser du pouvoir, élection après élection, cette gauche scélérate et ses alliés (écologistes et communistes) ennemis de la France.

    C'est vous qui faites l'histoire, chers compatriotes ! N'ayez pas peur de parler, d'éclairer, d'expliquer, de convaincre. Qui que vous soyez, vous qui lisez ces lignes, vous tenez dans vos mains une petite parcelle de notre culture et de notre histoire.

    A vous de la défendre et de la faire vivre, par tous les moyens.

    L'avenir n'est pas ce qui va arriver, mais ce qu'on va en faire...

    Minurne - Résistance

     

     Plusieurs centaines de djihadistes potentiellement dangereux » en France

     

    oCordon de policiers devant la cour d'appel de Versailles, lors de l'audition de Mehdi Nemmouche, le 3 juin 2014.r

    Le chef de l'unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), Loïc Garnier, estime que « la France reste une cible privilégiée d'Al-Qaida », dans un entretien mercredi 11 juin au Figaro« D'abord parce qu'elle prône une laïcité qui refuse toute forme d'ostentation religieuse, que nos soldats sont engagés au Mali et encore en Afghanistan et, enfin, que l'intervention en Centrafrique est brandie de façon extravagante comme une croisade de l'Occident chrétien contre le monde musulman », affirme l'ancien patron de la brigade criminelle.

    Selon Loïc Garnier, « pour l'heure, la menace n'est pas imminente, même si les prévisions en la matière sont toujours incertaines… ». Mais il tient cependant àrappeler sur RTL que « certains jeunes individus, des djihadistes européens, parmi lesquels figurent des Français, sont pris en charge par des cadres d'Al-Qaida qui les entraînent dans le but de mener des attentats en Europe ». « Pour cela, ils vont recruter des jeunes linguistiquement compatibles avec les pays visés, et qui sont les plus aptes psychologiquement à se noyer dans unepopulation occidentale. », explique-t-il

    Lire :  Six recruteurs présumés de djihadistes mis en examen

    Certains de ces aspirants au djihad sont déjà revenus, avec l'intention d'ycommettre des actes terroristes. « Sans la vigilance de nos services, il y aurait eu des actes extrêmement graves commis sur le territoire français », assure Loïc Garnier sur RTL. C'est pourquoi ces jeunes font l'objet d'une surveillance accrue. Mais leur nombre est tel que les contrôler tous est très compliqué. « Poursurveiller une personne vingt-quatre heures sur vingt-quatre, cela suppose une vingtaine de fonctionnaires. Donc si vous multipliez avec le nombre d'individus “potentiellement surveillables”, c'est impossible, estime le chef de l'Uclat. Il faut donc faire des priorités et affecter les moyens sur les individus les plus dangereux. »

    Vidéo suggérée sur le même sujet

    • Tuerie de Bruxelles: le suspect, son profil djihadiste, sa vidéo

      Les suites de la fusillade dans le musée juif de Bruxelles, et l'enquête se focalise désormais sur Mehdi Nemmouche. Cet homme de 29 ans pourrait être l'auteur de la tuerie commise il y a une semaine et qui a fait 3 morts et un blessé grave. Ce Français, originaire de Roubaix, était connu des services de police. Il a été plusieurs fois emprisonné dans des affaires de délinquance. Il a été arrêté vendredi à Marseille, à sa descente d'un car en provenance de Bruxelles. Dans ses affaires, les enquêteurs ont trouvé des armes semblables à celles ayant servi dans la capitale belge. Et puis, ils ont mis la main sur une vidéo. 'Dans ce film, a expliqué François Molins, le procureur de la République de Paris, l'auteur du film n'apparaît pas à l'image mais sa voix semble être celle de Mehdi Nemmouche. Cette voix commente les images en expliquant que cette vidéo est réalisée car l'enregistrement en direct de la fusillade du musée juif de Bruxelles par la caméra GoPro n'a pas fonctionné'. C'est lors d'un de ses passages en prison que l'homme se serait rapproché de la mouvance islamiste radicale. Une fois libéré, il s'est rendu pendant plus d'un an en Syrie aux côtés de groupes djihadistes. Interrogé sur le sujet, le président français François Hollande a assuré que la France '(faisait) tout pour que ces djihadistes (...) puissent être suivis et qu'ils puissent être empêchés de nuire là où ils sont, notamment lorsqu'ils reviennent en France ou en Europe'. Mehdi Nemmouche a été placé en garde à vue pour assassinat et tentative d'assassinat ainsi que pour détention et transport d'armes, en lien avec une entreprise terroriste. La justice belge a lancé un mandat d'arrêt européen en vue de l'extradition du suspect.

       

    On dénombre « environ huit cent cinquante djihadistes français potentiels, dont trente et un sont [morts] et certains ont pris la route du retour »« Aujourd'hui en France, plusieurs centaines de gens potentiellement dangereux ou exprimant des velléités de départ vers le djihad sont sous surveillance », précise M. Garnie

     

     

    L'enquête explosive de Samuel Laurent


     

    RTS, RFI, RTL, RTB, Canal +, FranceTVinfo, L'Echo, Le Vif/L'Express, Atlantico, Enquête&Débat, L'echo.be, L'Alsace.fr


     

    Ils en ont tous parlé !

     

     

    Armes de guerre : 15 000 Kalachnikov seraient en circulation dans les banlieues

    Armes de guerre : 15 000 Kalachnikov seraient en circulation dans les banlieues"Si certains pouvaient penser que ce genre de fusillade était réservé à des villes comme Marseille ou Paris, et bien ils ont la preuve du contraire", explique un policier.
    AFP BORIS HORVAT

    La fusillade de Lille met une nouvelle fois en lumière la banalisation des armes de guerre en France, dont l'utilisation s'est étendue depuis quelques années du grand banditisme aux petits voyous, notamment en raison de leur faible coût, selon des spécialistes. "Ce qu'il vient de se passer à Lille n'a malheureusement rien de surprenant. C'est la suite logique de ce que l'on constate depuis plusieurs années", résume un haut responsable policier.

    "Une prolifération anarchique" de ces armes de guerre, notamment dans les cités

    Deux personnes ont été tuées et cinq autres blessées dans la nuit de samedi à dimanche par un homme connu des services de police, qui a ouvert le feu avec une kalachnikov devant une discothèque de Lille après s'être fait refuser l'entrée, une scène d'une rare violence. "Si certains pouvaient penser que ce genre de fusillade était réservé à des villes comme Marseille ou Paris, et bien ils ont la preuve du contraire", explique un policier. "Lille, comme Marseille et Paris, ou d'autres métropoles français ont des quartiers populaires ou ce genre d'armes de guerre circulent", corrobore Mohamed Douhane, du syndicat Synergie-officiers.

    Depuis de nombreuses années, des responsables policiers tirent en effet la sonnette d'alarme, évoquant "une prolifération anarchique" de ces armes de guerre, notamment dans les cités, insistant depuis plusieurs mois sur leur utilisation de plus en plus fréquente. Selon des spécialistes, près de 15 000 armes de guerre type kalachnikov circuleraient dans les banlieues françaises, contre 3 à 7 millions d'armes qui se trouveraient illégalement en France. "une goutte d'eau" Ces armes peuvent être "mutualisées" pour un quartier, servant à différentes équipes, pour des faits allant du braquage de fourgon par exemple au simple règlement de compte personnel. "Avant, un voyou se servait d'un fusil de chasse pour régler ses problèmes personnels. Là, comme il peut avoir une kalach' sous la main, eh bien il s'en sert parce qu'il est refusé en boîte de nuit, et ça fait beaucoup plus de dégâts", explique un spécialiste, pour qui la cartographie des armes de guerre épouse celle du trafic de drogue.

    La métropole lilloise est un carrefour important de ce trafic. Le succès de ces armes tient notamment à leur coût. Par exemple, le prix d'une kalachnikov sur le marché noir, oscille entre "500 euros pour une arme de mauvaise qualité" et de "1.000 à 2.000 euros" pour une arme venue de l'ex-Yougoslavie, selon un spécialiste. "C'est devenu tellement facile de s'en procurer que les voyous les utilisent facilement", explique une source policière.

    Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a assuré dimanche que la lutte "sans relâche contre le trafic et la détention illégale de telles armes", constituait "une des priorités de son action". Son prédécesseur Claude Guéant avait affiché cette même préoccupation après une série meurtrière à Marseille en août 2011. Certains spécialistes regrettent toutefois qu'il n'existe plus -il a été supprimé en 2006- d'office central à la direction centrale de la police judiciaire spécialisé dans le trafic d'armes. "C'est un vrai problème. Il y a un décalage entre la volonté affichée de lutter contre le phénomène et les moyens qui y sont alloués", regrette un spécialiste.

    Aujourd'hui, c'est un service spécialisé au sein de l'Office central de lutte contre le crime organisé (Oclo) qui est en charge de la question. "C'est mieux ainsi, assure Mohamed Douhane, car les trafics d'armes sont intimement liés au banditisme, et avoir une vision transversale permet une lutte plus efficace". L'ex-ministre de l'Intérieur Claude Guéant avait assuré en février 2012 que près de 3.500 armes avaient été saisies en 2011, "une goutte d'eau dans un océan bien vaste", estime un spécialiste.

    Et si pour protéger l'Europe des djihadistes, il fallait travailler avec Bachar Al-Assad ? 

    Communiqué du Bloc Identitaire

     

    Bloc Identitaire Bloc Identitaire
    Bloc Identitaire Communiqué du mercredi 11 juin 2014
    Bloc Identitaire

    Et si pour protéger l'Europe des djihadistes, il fallait travailler avec Bachar Al-Assad ?

    C'est à une révision profonde de leur politique actuelle vis-à-vis de la situation syrienne que le Bloc Identitaire appelle les gouvernements français en particulier et européens en général.

    Si rien ne permet aujourd'hui d'affirmer (ni de réfuter) que l'action de Mehdi Nemmouche s'inscrit dans le cadre d'un groupe organisé, il est en revanche certain que celui-ci n'est qu'un élément sur les 2 000 djihadistes européens - parmi lesquels près d'un millier de Français - actuellement engagé en Syrie. Tout laisse ainsi à penser que nous ne sommes qu'au début des tensions et des violences liées aux répercussions de ce phénomène chez nous...

    Que nos gouvernants le veuillent ou non, c'est bien aux mêmes terroristes que l'Europe et le régime de Bachar Al-Assad sont aujourd'hui confrontés, et ce sera sans doute encore davantage le cas demain.

    Nous souhaitons donc poser la question suivante et lancer ce débat important au regard de la sécurité de nos compatriotes : aujourd'hui n'est-ce pas avec le régime syrien que nous devrions rétablir le contact et travailler afin d'échanger et recueillir des informations pouvant nous permettre de savoir quels sont nos ressortissants présents sur place, ce qu'ils y font, et donc aussi d'anticiper d'éventuelles nouvelles attaques ?

    Retrouvez le Bloc Identitaire sur le web | sur Facebook | sur Twitter 
    ou bien encore par mail à info@bloc-identitaire.com , ou par téléphone au 09 75 41 63 22.
    Bloc Identitaire 
    BP 13 | 06301 Nice | Cedex 04

     



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :