• action Breiz - Atao

    Published On: Tue, Nov 4th, 2014
    Pro-islamisme à Quimper : l’extrême-gauche en pleine panique exige du préfet la fermeture de BREIZ ATAO. Notre réaction : LOL

     hollande-staline-lenine

    L’extrême-gauche et l’islamo-stalinisme triomphant

    BREIZATAO – NEVEZINTIOU (05/11/2014) La racaille marxiste – ayant pris fait et cause pour la mosquée islamiste turque à Quimper – est en pleine panique, comprenant que l’opinion publique était en train de se retourner massivement contre elle. Alors qu’une manifestation s’est déroulée contre le projet, la gauche pro-islamiste avait organisée une contre-manifestation n’ayant rassemblé qu’une petite centaine d’individus, malgré l’appui d’une trentaine de partis et associations du régime.

    Suite à notre campagne contre le fumier pro-islamiste, ne pouvant empêcher la révolte et la vindicte populaires, celui-ci en appelle à l’Etat Français pour censurer l’opposition bretonne.

    L’extrême-gauche pro-islamiste tétanisée par la vindicte populaire

    Ce vent de panique a été généré par le travail d’information mené par BREIZ ATAO, aussi bien par l’annonce exclusive du projet de mosquée islamiste – qui a depuis capoté suite à la clameur populaire en ayant découlé -  que par le travail d’information consécutif que nous avons mené en détaillant le rôle des architectes de ce soutien ainsi que leurs biographies politiques. La fameuse liste de traîtres pro-islamistesà destination des masses bretonnes.

    Il semble que le peuple, dûment informé, en a tiré des conclusions. Et a entrepris, selon la communiste pro-islamiste Yvonne Rainero -  ancienne invitée des régimes totalitaires de Roumanie et de Bulgarie – de faire connaître son avis aux intéressés au point que “certains ont dû fermer purement et simplement leur page personnelle suite à ces attaques”.

    Il est inutile de chercher un quelconque complot dans cette affaire : la seule information massive du public a suffi à le mobiliser pour qu’il réponde à la poignée de militants socialo-communistes pro-mosquée AKP.

    La racaille marxiste en appelle à l’Etat Français pour censurer la presse libre

    Comme au temps de l’URSS triomphante, la vermine marxiste a donc logiquement fait appel au gouvernement français pour réprimer la parole nationaliste bretonne soucieuse de sauver notre pays de la catastrophe. Et c’est ainsi que 18 organisations fantomatiques ont exigé d’être reçues par le représentant – non élu – du gouvernement français dans le Finistère, à savoir le préfet de ce département.

    Naturellement, le brouet socialo-communiste a usé des habituels mantras éculés de l’antiracisme, avec force trémolos dans la voix, pour appeler ouvertement à censurer notre médiat. La réaction de la préfecture n’a pas même consisté à renvoyer la clique précitée vers une procédure judiciaire, mais à déclarer que “techniquement” elle ne pouvait pas censurer BREIZ ATAO, le site étant américain. En d’autres termes, dans cette république pré-musulmane, les autorités françaises ne tentent même plus de cacher leur accord de principe à la mise en oeuvre d’une censure extra-légale. Elles se bornent à émettre des réserves sur leurs capacités techniques à la mettre en oeuvre.

    Sans surprise, il n’y a bien sûr aucun élément concret à retenir contre BREIZ ATAO, qui est parfaitement libre de dénoncer comme traîtres les chiens à la solde de l’islam radical, d’autant qu’ils ne se cachent pas, bien au contraire. Le degré d’amoindrissement mental des dégénérés du gauchisme est tel qu’ils se plaignent d’être présentés à la clameur populaire alors qu’ils s’affichent d’eux-mêmes dans la presse.

    Fait cocasse, la lie gauchiste avait elle aussi fait sa liste d’opposants, celle des militants résistant au projet de mosquée radicale AKP, dont les plans prévoient un minaret de 14 mètres, orné d’un coran, pour faire bonne mesure. Mais pour la première fois, la racaille rouge a du reculer.

    BREIZ ATAO est indestructible

    Hélas pour le brouet septuagénaire affilié au PCF, au PSF, au Grand Orient, aux organisations anarcho-nihilistes ou vertes-rouges, BREIZ ATAO est tout simplement indestructible.

    D’abord et avant tout car il n’est que le produit d’une époque, d’un sentiment de résistance identitaire bretonne qui n’en est qu’à ses débuts. BREIZ ATAO n’est que la pointe de l’iceberg contre lequel le Titanic du socialo-républicanisme français est sur le point de se fracasser, avec son lot de gardes-rouges médiatiques que sont les larbins du journalisme institutionnel et leurs comparses de la sphère politique ou étatique.

    Quand on s’attaque à BREIZ ATAO, c’est à l’armée virtuelle des sympathisants du nationalisme breton et de l’identitarisme européen que l’on s’attaque. Notre médiat, contrairement à la presse gavée de subventions par le régime en échange de son silence, peut changer d’adresse en 24 heures. Ses bases de données sont protégées dans plusieurs endroits différents. Ses garants résident dans plusieurs pays distincts et ses contributeurs ne cesseront pas la lutte.

    En d’autres termes : quoiqu’il advienne, nous sommes là, nous resterons là. Avec ou sans procès. Avec ou sans peine de prison. Avec ou sans amendes. Plus la répression s’accroît, plus nous renforçons notre audience dans l’opinion. Bref, c’est la quadrature du cercle.

    Marxistes, socialistes, maçons, renégats : la résistance bretonne a déjà gagné

    La vermine peut donc s’agiter à loisir, nous avons remporté, d’ores et déjà, la seule bataille qui compte : la bataille idéologique. De celle-ci découle la suivante : celle de la conquête du pouvoir, sur le court, moyen et long terme. Un bref aperçu de l’opinion publique sur nos thèmes de lutte suffit à démontrer que nous sommes majoritaires. La résistance fébrile et désespérée de la vieillerie gauchiste ne fait qu’en attester.

    Nous sommes jeunes, fiers et plus que jamais déterminés à vaincre. Et nous avons compris que notre ennemi, l’ennemi de notre peuple comme de l’Europe entière c’est le fumier socialo-marxiste qui depuis Mai 68 transforme progressivement notre monde en enfer sur terre. Nous n’avons rien à perdre, parce que cette génération d’ordures nous a déjà tout pris : famille, identité, foi, avenir professionnel, patrimoine. Elle veut à présent que nous crevions sous les flots de l’islam et de la tiers-mondisation de notre pays. Seulement, c’était sans compter sur notre détermination.

    L’heure est venue de régler les comptes et de démettre cette génération. Cette révolution ne se passera pas dans la paix et l’harmonie.

    Aussi, cette pourriture peut-elle aller geindre auprès du maître républicain dans ses palais, pour nous, la chose est entendue : nous ne reculerons pas. Au contraire, nous attaquons et nous attaquerons encore et toujours.

    Les traîtres ont choisi leur camp et la jeunesse bretonne sait qui dit la vérité et qui se bat pour elle. Contre ceux qui veulent la soumettre, lui imposer une tyrannie et un fanatisme étranger, elle a trouvé ses avocats et ses défenseurs : BREIZ ATAO. Nos ennemis sont terrorisés, ils ne savent que trop bien que le temps de leur monopole idéologique est révolu

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :