• a la lueur des évenements

    La France qui se déshonore

    A la lueur des événements récents en France, des fanatiques islamistes qui nous sont présentés comme fous et dérangés se sont lancés dans des attaques suicides qui tuent des Français depuis les fêtes de fin d’année. Les réflexions les plus dures, les plus grégaires et primaires, les plus puériles voire scandaleuses s’étalent dans nos médias et dans les commentaires des Français partout sur les réseaux sociaux. Il faut toutefois dire une vérité que personne ne veut entendre, une vérité que je vais tenter de vous dire et qui ne fera plaisir à personne, pas même à moi.

    Il fut un temps où la France était respectée dans le Monde musulman. Elle possédait au-delà de la Méditerranée trois départements, de ce qui a pu être qualifié de colonie mais qui fut un territoire unifié et assemblé pendant de nombreuses décennies par des Français et de nombreux Européens de tous les horizons. C’était une terre musulmane. Il n’en avait pas toujours été ainsi, l’Islam l’épée à la main avait déferlé sur ces contrées, détruisant des civilisations, boutant le feu, contraignant des Peuples à la soumission et à la conversion. Les Berbères si souvent courtisés par les socialistes furent de ceux-là. La France avait composé au Maghreb et en Afrique avec un Islam que Bonaparte lui-même avait rencontré en Egypte. La France républicaine connue même le besoin d’appeler à son aide des musulmans qui vivaient dans le giron de son empire. Ils se firent tuer dans les tranchées de la Grande Guerre ou sur les pentes du Belvédère en Italie en 1944. Contrairement à l’ignominieux film  Indigènes nous montrant des hommes persécutés, ils étaient souvent confiants dans leurs officiers français, ceux qui ont fait l’effort de lire les récits des guerres de toutes ces époques peuvent en témoigner, il y eut plus de bienveillants que de sinistres racistes. Ces hommes moururent en criant « Vive la France ! ».

    A force de nous faire croire autre chose, la France a perdu la foi dans la force de son idéal républicain. Depuis lors, depuis les honteux abandons en Algérie, en Egypte ou ailleurs, la France n’a montré au Monde musulman qu’un pitoyable exemple, d’un pays cédant aux moindres pressions, retirant ses soldats, abandonnant des chrétiens aux mains de tortionnaires, comme ce fut le cas en maints endroits, en Syrie dernièrement. Cette France-là, qui eut encore le réflexe inouï de dire non à l’invasion de l’Irak n’en finit pas d’agoniser. Pendant ce temps, des milliers de chrétiens de l’Orient sont morts ou en errance dans le monde entier. Cette France a payé des rançons pour la vie de pauvres hères qui aussi médiatisés qu’ils fussent ne méritaient pas qu’un Etat démocratique et républicain s’agenouille pour verser les 30 écus de Judas. En sauvant quelques vies, les démocrates de façade de l’Elysée, d’un parti ou d’un autre, ne montraient que la faiblesse de la France. Si vous interrogiez les survivants des opérations en Algérie, vous sauriez Français qu’il y avait bien plus de musulmans qui respectaient la France, pour sa force et son héritage, que de musulmans qui la combattaient. Ce sont des témoins, des acteurs, des combattants qui le disent, ils ont entendu siffler des balles, ont souffert dans leur chair. Et ils sont morts, ainsi que beaucoup plus de musulmans pour que nous laissions un pays en proie à l’anarchie, faible et tiraillé, déversant plus tard son trop plein dans nos villes.

    Cette faiblesse fut coupable, elle fut même criminelle. Nous avons montré comment nous étions capables de retracer des frontières à la manière des traités honteux de Saint-Germain ou de Trianon de 1919 et 1920. Nous avons abandonnés des Peuples, nous en avons livré d’autres pieds et poings liés. Ailleurs notamment en Syrie nous nous sommes attaqués à des régimes laïques qui maintenaient bon an mal an l’harmonie entre différentes confessions. Nous avons financé des islamistes, nous avons donné des armes et du matériel. Pendant deux années, une presse arrogante et acharnée a déversé sa propagande sur la tête des Français. Nous en avions fait de même en Iran, en accueillant un fanatique fou furieux, l’Ayatollah Khomeini que nous avons sauvegardé et protégé pour le renvoyer faire de ce grand pays ce qu’il est actuellement. Ailleurs nous n’avons combattu des hommes qui parlaient de nous égorger et de conquérir l’Europe. Plus loin nous les avons soutenus et armés. Pour des raisons basses de grande politique internationale, pour le bon plaisir de lobbyings anglo-saxons ou le contrôle ou la mainmise sur des ressources stratégiques, la France a bu du sang.

    Cette France-là, n’est plus respectée. Des musulmans qui ne lui étaient pas hostiles le sont devenus. D’autres se sont radicalisés, d’autres encore devant les vides de la République, le non-droit, les capitulations, les reculades, l’esprit de repentance sans fin et injustifié, d’autres se sont enhardis. D’une supposée libération, ces hommes sont passés à des rêves de revanche et de conquêtes. Le nombre de musulmans sur notre territoire n’a fait que croître. Pour la première fois j’ai entendu l’un de mes proches parler d’une conversion, d’un chrétien à l’Islam. Ceci se passe dans une petite ville de France et non à Paris ou Marseille. J’ai entendu moi-même les imprécations d’un fanatique, alors que je travaillais dans une entreprise privé. Cet homme qui possédait la nationalité française depuis la fin des années 80 et qui venait d’une région reculée de Turquie, nous prédisait dans une réunion professionnelle la fin de notre civilisation, moquait notre faiblesse, insultait également notre Peuple. Dans un salmigondis à peine français malgré la longueur de son séjour sur nos terres, il termina sa diatribe sans avoir été interrompu d’un « Tous les matins je me lève et je c… sur la France ». Cet homme était un responsable d’une mosquée dans une ville de Bourgogne. C’était il y a dix ans.

    Durant cette période, tous ceux qui parlaient de racisme antifrançais se sont vus traités de fous et de fascistes. Les médias nous ont assenés articles après articles qu’il n’y avait pas de racisme antifrançais et que nous n’étions que des racistes, des intolérants et des colonialistes. Après plus de 50 ans de renoncements, d’abandons, en muselant les vérités, en contraignant ceux des musulmans qui n’étaient pas fanatiques ou racistes à se taire ou à passer pour des traîtres, la France qui se déshonore a creusé la tombe des Français qui meurent aujourd’hui victimes du fanatisme. En 2012 la France soutenait des salafistes et des islamistes en Syrie. En 2015 les amis de Laurent Fabius sont venus frapper nos compatriotes dans plusieurs villes de France. Alors, loin de stigmatiser les musulmans, qui sont les coupables ? Socialistes et libéraux n’ont-ils pas montré assez longtemps comment ils entendaient brocarder la France et nos intérêts pour quelques places au soleil ? Ce sont eux qui hier tenaient les Kalachnikovs n’en doutez pas.

    Laurent Brayard

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :