• 1789 droits de l'homme et du citoyen

    Rien ne justifie, dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, que des étrangers puissent bénéficier du minimum vieillesse, après 10 ans sur le territoire, de la même façon que des Français.

    Trop souvent, les mots sont malmenés, falsifiés, truqués par la novlangue. Il en va ainsi du terme « République » ; ce mot issu du latin « res publica », soit la « chose publique », désigne un régime politique où les fonctions du chef de l’État ne sont pas héréditaires mais découlent d’une élection. En outre, un tel régime a pour objectifs l’intérêt général et le « bien commun » des citoyens de la nation dont les institutions sont républicaines.

    Les nationaux bénéficient des droits attachés à la citoyenneté et doivent se soumettre aux lois de l’État. Par essence, une nation républicaine pratique donc la « préférence nationale ». C’est d’ailleurs bien de la sorte que la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 fut rédigée, contrairement aux abusives interprétations récentes du Conseil constitutionnel. L’esprit du texte consiste en l’affirmation de l’État de droit et de la souveraineté de la nation. Des droits universels sont attribués aux hommes, mais ils ne sauraient être confondus avec les avantages spécifiques que peut procurer la nationalité.

    Rien ne justifie, dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, que des étrangers puissent bénéficier du minimum vieillesse, après 10 ans sur le territoire, de la même façon que des Français. Le principe d’égalité ne vaut pas pour les aides financières ou les avantages octroyés par la citoyenneté, mais pour l’application des lois (par exemple, un étranger doit bénéficier d’un procès pénal équitable en conformité avec le droit français). De fait, la distribution d’aides aux étrangers, comme l’aide médicale d’État, le minimum vieillesse ou l’aide temporaire à l’attente, n’est pas consubstantiellement liée aux textes fondateurs de notre Constitution, mais bien à une idéologie mondialiste qui brade injustement la qualité de Français.

    Les juges du Conseil constitutionnel avalisent donc, à rebours, une préférence étrangère. Ces aides ne bénéficient pas à des citoyens français, lesquels sont défavorisés par cette distribution illégitime d’argent – perdu pour eux et leurs familles – à des étrangers. Nous ne devons surtout pas confondre les droits de l’homme avec les droits particuliers du citoyen.

    « Libé Désintox » s’est trompé en prétendant que l’article de Nicolas Bay surBoulevard Voltaire était fallacieux. Car oui, il avait raison. Les aides, équivalentes à celles des nationaux, versées aux étrangers (surtout dans un pays en crise) peuvent s’apparenter de facto à une préférence étrangère.

    Dans l’optique de la préservation de la nature même du pacte républicain de notre nation, il est indispensable de réaffirmer la préférence nationale. Il en va de la survie du peuple français, de son État et de ses institutions. À l’avenir, les aides et avantages financiers devront être prioritairement distribués aux citoyens français.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :